De nouveaux aménagements au profit des espèces protégées

Triton – © Shutterstock

D’une taille inférieure à 10 cm, le triton palmé et le triton ponctué sont des amphibiens qui ressemblent à la salamandre. Repérés aux abords du site où sera construit l’atelier-garage de la ligne, ils font, en tant qu’espèces protégées, l’objet de mesures qui visent à la fois à les protéger et à favoriser le retour des espèces.

Une opération destinée à préserver l’habitat des tritons et garantir leur survie, est actuellement menée à Châtenay-Malabry, au sud de la parcelle du futur atelier-garage du Tram 10, dans la forêt de Verrières.

Limiter les impacts du projet sur les espèces présentes

Alors que la « noue » (fossé végétalisé peu profond recueillant les eaux de ruissellement) qui y avait été repérée était soumise à plusieurs menaces (assèchement, manque de lumière, accumulation de feuilles et branchages…), elle fait l’objet cet hiver de travaux de restauration. Plus large, plus profonde, mieux imperméabilisée, mieux alimentée par les eaux de ruissellement et plus ensoleillée : tout est fait pour que les tritons identifiés sur le site y trouvent des conditions d’habitat et de reproduction conformes à leurs besoins.

En 2017, une bâche de protection avait été installée autour de cette noue afin de créer un périmètre sécurisé et éviter que les tritons ne migrent vers la zone de travaux à proximité et ne se retrouvent piégés par le chantier.
Divers abris sont également aménagés pour favoriser la vie aquatique et offrir aux tritons un cadre adapté à leur hivernage.
Un écologue s’assure du bon état des aménagements et compte les tritons afin de mesurer les effets sur le développement de la population des amphibiens.

Bâche de protection des amphibiens © William  Beaucardet pour Ile-de-France Mobilités

Favoriser le développement de l’espèce

En complément de ces mesures de protection, des « mouillères » (zones humides temporaires) sont également créées dans les bois de la Béguinière et du Carreau à proximité. En effet, les oiseaux peuvent transporter des œufs de tritons sur leurs pattes et permettre la recolonisation de ces milieux. Cette opération répond aux engagements des maîtres d’ouvrage de compenser les impacts écologiques du Tram 10 sur les habitats des espèces protégées.
La réalisation de ces opérations est également supervisée par un écologue. Il assurera également un suivi sur le long terme des aménagements et du développement de la faune.

Construction d’une mouillère temporaire dans le bois de la Béguinière © Cyril Badet pour Ile-de-France Mobilités
Retour haut de page
Tram 10

Tram 10